Il faut apprendre à mentir

Il faut apprendre à mentir © Journal de Personne

Tout le monde ment à tout le monde. Personne n'épargne personne.

Comme si chacun avait maille à partir avec tous. Un contentieux qui n'est pas prêt d'être réglé... parce qu'il est tenu secret, comme un compte en suisse.

On ment comme on respire sans même savoir ce que c'est que mentir. Quand je mens, qu'est-ce que je fais ?

Je dis le contraire de ce qui est, avec l'intention de tromper quelqu'un, quelques uns, le monde entier. Certains diront qu'on ne peut pas s'empêcher de mentir, et c'est ce qu'on appelle un mensonge générique... médication qui veut se faire passer pour une indication.

D'autres écriront même des traités sur le droit de mentir.

Le langage y est pour quelque chose. Le mental y est pour beaucoup.

Mens c'est la racine latine commune au mensonge et à l'esprit qui nous ronge.

C'est poésie : le mensonge vu comme un songe de l'esprit.

Ne dit-on pas que tous les poètes sont menteurs ?

C'est une prime au mensonge plutôt qu'une déprime pour la poésie.

Le ver est dans tous les fruits... c'est dur à avaler, mais en vérité nous avons tous du mal avec la vérité... nous sommes tous un peu rebelles à la lumière... je sais, c'est paradoxal : Mais nous préférons un beau monstre à un prêtre hideux.

Le problème, s'il en est un, ce n'est pas qu'on nous mente. Mais qu'on ne puisse plus croire personne. Tout le monde y passe : le père, le fils et le mauvais esprit.

Et pourtant... je NE aime que toi dit le maître chanteur-menteur,

Et pourtant... j'ai comme l'impression que le mensonge nous rassure quelque part et nous réconcilie avec nous-mêmes...

On remercie Dieu, de ne pas être seuls à mentir...

Le ministre, le Rabin, le cycliste... ce n'est pas triste... je dirais même que c'est gai comme dirait Nietzsche... le mensonge est un gai savoir, parce qu'on ne peut pas, on n'a pas le droit de tout savoir, on a besoin de noir pas de miroir.

C'est la vie... avec sa part d'erreur et de fausseté... de mystère et de volupté, de douceur et de cruauté.

J'ai toujours mon éditeur qui me court après pour que je lui rédige un petit pamphlet sur l'art de mentir. C'est brûlant d'actualité, m'a-t-il dit. Non, je lui ai répondu que c'était rentable comme toute affligeante banalité.

Et puis quand on fait l'état des lieux, de tous ces vieux menteurs, on a envie d'apprendre aux enfants à BIEN mentir. Au lieu de la table de multiplication qui ne sert à rien, parce que nos enfants n'auront affaire qu'à des divisions... j'ai bien envie de dresser la table des mensonges... avec des mensonges TYPIQUES, archétypiques, bibliques.

Pour mon introduction j'en ai rédigé une dizaine que j'ai intitulée : les dix Recommandements.

Premier recommandement : nous naissons tous libres et égaux. En droit y compris les affreux, les sales et les méchants...

 

Deuxième recommandement : le gouvernement d'un seul c'est moins bien que le gouvernement de quelques uns et le gouvernement de quelques uns, moins bien que le gouvernement de tous, partouze et pour tous. Le peuple roi... c'est CELA... la démocratie.

 

Troisième recommandement: il faut que notre maison soit ouverte et pas close... offerte aux quatre vents. À tous ceux qui n'auront même pas besoin de frapper, on leur fera bien sentir que nous sommes chez eux.

 

Quatrième recommandement: le culte de la liberté ne va pas sans la liberté du culte. Rendons grâce à la soumission pour tous ceux qui pratiquent la soumission à la grâce.

 

Cinquième recommandement : dédramatisez toujours. Ne stigmatisez jamais. Parce qu'il n'y a pas d'autre identité que la différence. Pas d'autre référence que la référence à l'autre.

 

Sixième recommandement : veillons à la séparation des 4 pouvoirs : exécutif, législatif, juridique et médiatique... tout en sachant qu'ils sont inséparables.

 

Septième recommandement : Ce n'est pas le travail qui donne un sens à la vie. C'est vous. Moins vous travaillerez et mieux vous vous porterez...

 

Huitième recommandement  : Pour mettre fin à la guerre des religions qui fait rage : souvenez-vous seulement que vous étiez tous païens avant d'être juifs et juifs avant d'être chrétiens et chrétiens avant de devenir musulmans.

 

Neuvième recommandement

J'arrête là... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.