Le Nouvel Os
Être vivant
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 déc. 2015

Silence radio(actif) pour l'accident nucléaire à la centrale Leningrad

Après quelques jours d'observations, voici un résumé de ce que l'on sait sur l'accident nucléaire qui s'est produit le 18 décembre à la centrale de Leningrad située à Sosnovy Bor à 70 km de Saint-Petersbourg.

Le Nouvel Os
Être vivant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Panache radioactif © @reinharduhrig

Après quelques jours d'observations, voici un résumé de ce que l'on sait sur l'accident nucléaire qui s'est produit le 18 décembre à la centrale de Leningrad située à Sosnovy Bor à 70 km de Saint-Petersbourg.

Les faits

Vendredi 18 décembre à 13h50 heure locale, une tuyauterie du circuit primaire a explosé dans la salle des machines laissant échapper de la vapeur potentiellement radioactive.

En raison de l'orientation des vents (vent de Sud-Est), le panache se dirigerait vers la Finlande et l'Estonie.

Les autorités locales ont demandé à la population de rester calme. D'après les autorités, le niveau de radioactivité aux alentours est à son niveau normal. Aucune anomalie n' a été détectée (et communiquée) par les pays voisins à ce jour.

La centrale de Leningrad compte 4 réacteurs de type RBMK (Cf. KESAKO) similaires à la centrale de Tchernobyl d'une puissance de 1000 MW chacun.

Le second réacteur, qui a plus de 40 ans, a été arrêté manuellement, les 3 autres continueraient de fonctionner.

Un employé a été hospitalisé pour des raisons non communiquées (contamination interne, externe ?).

Le directeur s'est exprimé à plusieurs reprises comme lors de cette conférence de presse.

Vladimir Pereguda © NPP Leningrad

"Le réacteur est éteint, il est dans un état ​​sous-critique en conformité avec les règlements pour les unités de refroidissement a fait savoir Vladimir Pereguda, directeur de la centrale nucléaire de Leningrad.

Ajout à 19h45

Les pharmacies auraient été prises d'assaut par la population pour se fournir en comprimés d'Iode (Source : http://www.greenme.it/informarsi/ambiente/18769-incidente-nucleare-russia-leningrad)

Traitement médiatique

Ce qui caractérise cet évènement c'est le silence radio dans les médias nationaux (on rassure la population) et le peu d'informations dans les autres médias étrangers. Les médias étrangers commencent depuis le 20 décembre à en parler (Cf. ci-dessous). Rien pour le moment en France, le temps de l'enquête certainement.

http://www.delfi.lt/news/daily/world/atomineje-elektrineje-rusijoje-avarija-pasklido-radioaktyvus-garai.d?id=69901534

https://netzfrauen.org/2015/12/20/35107/

http://www.express.co.uk/news/world/628592/Chaos-Russians-flee-Chernobyl-style-plant-radioactive-leak

http://www.greenme.it/informarsi/ambiente/18769-incidente-nucleare-russia-leningrad

http://en.news-4-u.ru/near-st-petersburg-the-accident-occurred-at-the-nuclear-power-plant-may-have-leaked-radioactive-steam.html

http://qha.com.ua/en/events-incidents/accident-occurred-at-leningrad-nuclear-power-plant-photo/135374/

KESAKO

Un réacteur RBMK

Qu'est-ce qu'un réacteur RBMK ? © Sylvie Roth

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB