[Fuite de vapeur à la centrale de Leningrad (Sosnovy Bor - Russie)] Si on n'en parle pas, ça n'existe pas.

"Si on n'en parle pas, ça n'existe pas. Le Nucléaire et les shadoks une grande histoire." C'est ainsi que l'on peut résumer ce qu'il s'est produit vendredi 18 décembre à la centrale nucléaire de Leningrad.

Vendredi 18 décembre à 13h50, une tuyauterie du circuit primaire laisse échapper des vapeurs "radioactives" de la centrale nucléaire dite "Leningrad", située à 70 km  de Saint-Petersbourg.

Panache radioactif © @reinharduhrig Panache radioactif © @reinharduhrig
 

Le panache de vapeur (radioactive, les avis divergent - et dix verges c'est ...) est visible à plusieurs kilomètres aux alentours de la centrale.

Le réacteur concerné (n°2 a priori) est mise à l'arrêt pour stopper le flux de vapeur. 

La population s'inquiète rapidement et des scènes de panique sont observées. Certaines personnes vont retirer du liquide à leur banque, d'autres acheter des comprimés d'iode en pharmacie d'après la radio locale Radio Svoboda.

Les autorités (directeur de la centrale, maire de Sosnovy Bor) déclarent que la situation est sous contrôle, et qu'il ne s'agit pas de rejets radioactifs. La radioactivité est à son niveau normale.

 

Le responsable de l'association écologiste "Green World Russia" déclare pour sa part d'après les mesures effectuées, que le niveau de radioactivité est normal, mais cela grâce à un vent de Sud-Est de 5m/s, le panache se dirige vers la Finlande et l'Estonie. La ville de Saint-Petersbourg et ses 5 millions d'habitants sont donc épargnés cette fois-ci.

Après la fuite, une zone de 40 ma été isolée du reste de la centrale. Une commision spéciale doit se réunir afin de déterminer les causes de cette accident (Source Interfax).

Rappelons que s'il y a eu fuite radioactive et en l'absence de valeurs, cet évènement pourrait être classé sur l'échelle INES comme un accident de niveau minmum 3.

Echelle INES © IRSN Echelle INES © IRSN

 Pour le moment, les médias nationaux et internationaux restent bien silencieux, la préparation du réveillon de Noël sans doute, mais gageons que la visite de M Le Drian lundi pour le partage de renseignements permettra d'informer les populations locales ou non sur les circonstances réelles et les conséquences de cet évènement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.