Montages médiatiques au Mexique : après Florence Cassez, Frida Sofia

A lꞌécole Rebsamen, où vingt-et-un enfants mexicains sont morts au cours du séisme du 19 septembre, la chaîne Televisa et le ministère de la Marine ont mis en scène lꞌopération de sauvetage dꞌune élève qui nꞌa jamais existé. La farce a impliqué le présentateur Carlos Loret de Mola, chef dꞌorchestre du montage médiatique de 2005 contre Florence Cassez.

Ce qu'il reste de l'usine textile de la rue Bolivar, au sud de Mexico, où quatre personnes ont pu être sauvées © Eduardo Blas Ce qu'il reste de l'usine textile de la rue Bolivar, au sud de Mexico, où quatre personnes ont pu être sauvées © Eduardo Blas

Beaucoup dꞌévènements se répètent selon une fréquence troublante au Mexique. Le séisme du 19 septembre 2017, bien que beaucoup moins meurtrier, a fait écho au tremblement de terre du 19 septembre 1985. Les dégâts les plus importants ont été observés dans les mêmes quartiers du centre historique et de lꞌouest résidentiel. Et la télévision mexicaine a succombé à la même tentation dꞌinventer une histoire de sauvetage dꞌun enfant sous les décombres. En 1985, ce fut Monchito. En 2017, ça a été Frida.

Les médias commerciaux latino-américains sont coutumiers de la désinformation au service de puissants intérêts politiques et économiques. La particularité de la chaîne mexicaine Televisa est la récurrence de montages médiatiques orchestrés en collaboration directe avec lꞌexécutif régalien et ses branches judiciaire ou militaire.

Afin de rendre populaire la détention de la Française Florence Cassez à partir de 2005, la justice mexicaine avait déjà fait appel aux services de Carlos Loret de Mola : pour la couverture comme par hasard exclusive et soi-disant en direct de son arrestation. Mme Cassez, en réalité, avait été arrêtée un jour avant puis mise contre son gré en situation de flagrant délit. Lꞌhistoire de Frida, sur les écrans de télévision mexicain, est sortie de la bouche des journalistes Denise Maerker et... Carlos Loret de Mola.

Les présentateurs de Televisa Carlos Loret de Mola et Denise Maercker © Clément Detry Les présentateurs de Televisa Carlos Loret de Mola et Denise Maercker © Clément Detry

La jeune survivante fantôme de lꞌécole Rebsamen

Le sort des enfants ensevelis de lꞌécole Enrique Rebsamen a fait déplacer tout ce que le Mexique compte de correspondants et dꞌagences internationales vers le grand sud semi-rural et indigène de la capitale. Le séisme de magnitude 7,1 de lꞌéchelle de Riechter, qui sꞌest déclaré dans lꞌEtat méridionnal du Puebla, a fait près de la moitié de ses 273 victimes dans les quartiers du sud, du centre-sud et du sud-ouest de Mexico. Vingt-et-un enfants ont trouvé la mort dans cette seule école du district de San Andrés Mixquic.

 

Après le séisme de Mexico, Clément Detry pour radio Classique © Clément Detry

 

Lꞌamiral de la Marine mexicaine José Luis Vergara, le lendemain, a donné exclusivement à Televisa la déclaration suivante : «Nous savons quꞌil y a une petite fille vivante à lꞌintérieur, mais nous ne savons pas comment lꞌatteindre sans provoquer un effondrement et prendre des risques pour le personnel». La chaîne a réagi rapidement, envoyant dꞌimportants renforts logistiques à ses reporters et consacrant une transmission en direct de neuf heures dꞌaffilée à la mission de secours sur le site de lꞌécole. Les opérations ont rapidement été prises en main par la Marine elle-même, qui a intimé aux centaines de secouristes volontaires présents depuis les première heures dꞌobéir aux ordres ou de quitter les lieux.

Les «informations» de Televisa au sujet de son personnage âgé de 12 ans et appelé Frida Sofía ont été reprises sur Europe 1, France info et LCI, pour nꞌen citer que quelques-uns. Le récit est passé ensuite sous les plumes de plusieurs grands quotidiens mexicains, tels que La Razon ou El Universal. Les titres publiés en une sont, au moment où nous écrivons, encore visibles en kioske : « Sauvetage de Frida : le pays retient son souffle», «Lꞌespoir sꞌappelle Frida»...

 

Le phénomène #Frida, créé par Televisa, a ému et induit en erreur plusieurs grands quotidiens nationaux © Clément Detry Le phénomène #Frida, créé par Televisa, a ému et induit en erreur plusieurs grands quotidiens nationaux © Clément Detry

 

Le phénomène #Frida, créé par Televisa, a ému et induit en erreur plusieurs grands quotidiens nationaux © Clément Detry Le phénomène #Frida, créé par Televisa, a ému et induit en erreur plusieurs grands quotidiens nationaux © Clément Detry

Les premiers doutes sur lꞌhistoire de Frida Sofía sont apparus au cours de la transmission en direct sur YouTube du portail Aristegui Noticias, dont les nouvelles sont présentées par une célèbre journaliste dꞌinvestigation, Carmen Aristegui. Depuis son studio de Mexico, Mme Aristegui a donné la parole à plusieurs secouristes volontaires et parents de famille qui ont rapporté des propos dꞌofficiers de police et dꞌemployés de lꞌécole concernant lꞌinexistence de lꞌélève dans les registres dꞌinscription scolaire. La confirmation définitive du canular a été donnée par le ministère de la Marine, dont les officiers ont été les principales sources de Televisa tout au long de sa transmission.

La mère d'un enfant en vie de l'école Rebsamen explique qu'il n'y a jamais eu de Frida Sofia dans cette école © Aristegui Noticias

Dans une déclaration accordée à TV Azteca le 21 septembre dans lꞌaprès-midi, lꞌamiral Angel Enrique Sarmiento a affirmé que son institution n'avait «jamais eu connaissance de la version des évènements où figure le nom de cette jeune fille».

Après plusieurs heures de chaos informationnel sur fond de post-vérité, la Marine est revenue sur son démenti, admettant avoir diffusé lꞌinformation de la mineure en vie et présentant ses excuses pour lꞌerreur commise. Tandis que les militaires soufflaient le chaud et le froid sur la situation dans cet édifice spécifique, différents check-points se sont formés dans dꞌautres zones affectées pour y limiter la liberté de circulation. Dans la nuit du 21 au 22 septembre, des engins de chantier se sont approchés de plusieurs sites pour en retirer les décombres, tandis que les volontaires insistaient pour poursuivre la recherche de survivants.

Sauvetage d'un enfant réellement enseveli dans le quartier de Coyoacan, au sud de Mexico © @PAG_Coyoacan Sauvetage d'un enfant réellement enseveli dans le quartier de Coyoacan, au sud de Mexico © @PAG_Coyoacan

Lꞌéditorialiste du grand quotidien d'opposition La Jornada, Julio Astillero, a donné une interprétation du scandale qui dédouane partiellement Televisa. Les présentateurs Carlos Loret de Mola et Denise Maerker, auxquels il manifeste son «respect professionnel» «malgré les divergences idéologiques et politiques», auraient pêché par confiance démesurée envers les sources officielles et par course au sensationnalisme. «Cꞌest le ministère de la Marine, en tant quꞌinstitution capitale de lꞌEtat mexicain, qui a mis en scène cette farce», dit-il. Les reporters nꞌauraient eu «aucune possibilité de savoir que toute cette histoire était fausse».

Lꞌhistoire de «Frida», en plus de permetre à la Marine dꞌagir en protagoniste sur le site de lꞌécole Rebsamen, a focalisé localement lꞌattention médiatique nationale et internationale. Les militaires, pendant ce temps, se sont déployés et ont pris le contrôle dꞌaxes stratégiques dans quatre grands quartiers sinistrés : Coyoacan, Benito Juarez, Miguel Hidalgo et Tlalpan.

Le photographe et vidéaste indépendant Eduardo Blas, auteur des images dans cet article, a documenté plus dꞌune dizaine dꞌopérations volontaires de secours à des endroits différents depuis le 19 septembre. Il dénonce ce 21 septembre une «obstruction militaire» au travail des volontaires et de la presse autour de lꞌusine de textile de la rue Bolivar, dans le quartier de La Obrera. Le photographe Perseo Greco, du site dꞌinformation Surco informativo, se trouvait près du même point de contrôle. Il confirme le témoignage et ajoute que des éléments «policiers et militaires» lꞌont «dégagé» dꞌun camion de volontaires situé en dehors du périmètre de contrôle de la Marine.

Pendant les journées du 20-21 septembre, les forces armées ont déployé des milliers de soldats et plusieurs engins lourds à travers la ville © Clément Detry Pendant les journées du 20-21 septembre, les forces armées ont déployé des milliers de soldats et plusieurs engins lourds à travers la ville © Clément Detry

Lꞌaffaire Florence Cassez et les autres montages de Televisa

Les présentateurs Denise Maerker et Carlos Loret de Mola disent avoir vérifié toutes les informations quꞌils diffusaient auprès de «sources officielles». Ils rappellent que leurs journaux télévisés ont fait constamment référence aux officiers de la Marine chargés de coordonner les secours. Ils nꞌont cependant aucun moyen de démontrer quꞌils ont été victimes, et non complices de l'acte de désinformation.

Les porte-paroles de la chaîne ne précisent pas comment celle-ci a obtenu du ministère de la Marine lꞌinformation sur «Frida» en exclusivité, ainsi quꞌun accès privilégié aux recherches dans les décombres. La diffusion sur les réseaux sociaux de plusieurs photos du producteur de Televisa, Pedro Torres, dans lꞌenceinte de lꞌécole et vêtu dꞌun gilet de la police fédérale alimente la polémique.

En 2005, les autorités mexicaines ont simulé lꞌopération dꞌarrestation de Florence Cassez et sa mise en examen pour complicité dꞌenlèvement devant les caméras de Televisa et au bout du micro de Carlos Loret de Mola. Ce dernier a reconnu en 2013 quꞌil y avait eu montage. Il a cependant récidivé en 2016, lorsqu'il a dirigé lꞌéquipe qui a filmé - toujours en exclusivité - la pseudo-arrestation du narcotrafiquant El Chapo Guzman un peu plus de six mois après son évasion dꞌune prison fédérale. La personne «arrêtée» dans la grande opération conjointe de lꞌArmée et de la Marine, baptisée «Cisne negro», sꞌest avérée un acteur embauché par Televisa.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.