le sens de la ville
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2020

La solidarité nationale par les entreprises, c’est au Gouvernement de l’organiser !

Alors que les entreprises sont en train d’approuver leurs comptes 2019, et se distribuent pour certaines de copieux dividendes, aucune mesure gouvernementale n’oblige les entreprises - qui le peuvent - à contribuer à l’effort de solidarité nationale. Nous avons décidé de ne pas actionner le chômage partiel mais déplorons que cela relève d’une décision d’entreprise.

le sens de la ville
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Lucille Gréco, Vincent Josso, Daphné Lecointre, Fanny Rahmouni, Flore Trautmann

Associés de la coopérative Le Sens de la Ville, conseil en urbanisme 

Nous sommes une petite structure coopérative de conseil en urbanisme (SCOP) de 6 salariés et, comme nombre d’entreprises, nous approchons de la tenue de notre assemblée générale annuelle pour approuver nos comptes de l’année 2019. Dans la période actuelle, nos discussions prennent forcément une autre teneur : la crise sanitaire et la nécessaire anticipation de temps probablement plus durs à venir se sont invités dans les échanges entre associés de notre SCOP. À notre petite échelle, beaucoup d’interrogations émergent que nous partageons ici sans autre prétention que celle d’alimenter un débat - celui de la contribution des entreprises à la solidarité nationale -  qui devrait davantage exister. 

Au cours de ce confinement, nous pouvons ET solliciter des aides publiques (chômage partiel) pour passer le cap du ralentissement lié au Covid ET - en même temps - acter un résultat très positif pour 2019.

Alors que la crise sanitaire s’aggrave et que s’y ajoute une crise économique et sociale de grande ampleur, il y a quelque chose de très gênant dans ce « en même temps » …

Face à la baisse de notre activité, nous avons décidé de diminuer les primes distribuées aux salariés (donc à nous-mêmes) pour l’année 2019, de passer une partie de nos congés payés en confinement et de ne pas avoir recours au chômage partiel quitte à puiser dans nos réserves. C'est une décision qui, individuellement, nous pénalise mais n’est-ce pas cela aussi contribuer à la solidarité nationale ?

Aujourd’hui, toutes les entreprises, quelle que soit leur taille, n’ont pas les mêmes états d’âme[1]. A cela rien d’étonnant puisque nos gouvernants ne les y incitent que mollement : ainsi, les employeurs bénéficiant du dispositif de chômage partiel sont simplement appelés à « la plus grande modération » en matière de dividendes[2]. Non seulement ce n’est pas une obligation mais cela ne touche QUE les dividendes  - pour les bonus et autres primes, cette incitation n’est même pas à l’ordre du jour !   Or, un tel arbitrage ne devrait pas relever d’une décision d’entreprise (et donc bien souvent de la poignée de personnes qui la dirigent). Dans ce contexte de crise économique, nous ne devrions tout simplement PAS avoir la possibilité de percevoir des aides publiques en même temps que nous touchons des bonus et/ou dividendes.

Pourquoi le gouvernement n’impose-t-il pas clairement des contreparties (absence de dividendes et de bonus) face à l’octroi du chômage partiel voire, une vraie contribution de la sphère économique à l’effort de solidarité, par exemple  via le gel des dividendes de 2019 (une manne de 359 milliards d’euros à l’échelle de l’Europe qui est en train de partir en profits et non en solidarité) et/ou par un impôt exceptionnel ? Cette aide du chômage partiel est évidemment fondamentale. Mais elle doit soutenir des structures qui n’ont pas les reins assez solides pour passer cet épisode de confinement... pas rendre indolore la crise à ceux qui ont les moyens de la passer.

C’est la responsabilité du gouvernement devant la récession qui nous attend.  

En l’absence d’une telle décision gouvernementale, nous, petite entreprise, nous contribuons certes à l’effort collectif, à notre modeste niveau, mais nous le faisons avec amertume en regardant d’autres sociétés puiser dans (et épuiser ?) une solidarité nationale dont toutes n’ont pas besoin. Et dans un monde où les crises et les catastrophes se multiplient, il serait temps que les enjeux de cette solidarité nationale - que chacun appelle de ses vœux - soient enfin clairement explicités, à l’échelle individuelle, collective, et dans la sphère économique, pour en faire un véritable levier de résilience plutôt que de perpétuation d'un ordre économique inégalitaire et à bout de souffle.

[1] Les quelques rares groupes qui les partagent font l’objet d’articles de presse, c’est dire !  https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/27/coronavirus-chanel-renonce-au-recours-au-chomage-partiel_6034693_3234.html

[2] Le gouvernement impose le blocage partiel des dividendes pour les entreprises qui auront bénéficié d’aides publiques pendant l’épidémie, le Monde, 28 mars 2020

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO