lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2021

Télévision : reflet culturel de la société ?

Le nombre de groupes rock, de chanteurs et de compositeurs dans l'hexagone est immense. Le nombre de troupes de théâtre et de spectacle de rue est immense. Mais de la même façon que l'on donne peu la parole aux "gens de peu", aux personnes modestes, aux travailleurs, aux derniers paysans, et plus généralement au peuple, cette foisonnante culture populaire est absente des écrans.

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien entendu, j'entends déjà les copains dire : "mais pourquoi regardes-tu la télévision ? Que de temps perdu !" Or, pendant de nombreuses années, je ne regardais plus le petit écran. Puis, logeant chez une femme âgée de 83 ans dont la principale occupation est de regarder le petit écran, je me suis intéressé avec elle à ce que les personnes autorisées diffusaient dans ce média. Nous regardions ensemble alors les spectacles de variété, je ne peux pas dire que je partageais son plaisir, mais je m'y intéressais par curiosité. Je lui expliquais que je trouvais relativement étonnant (je n'étais pas vraiment étonné) que cette dite culture populaire télévisuelle faisait obstruction à toute la diversité du spectacle vivant pourtant immense dans ce pays. Où sont les milliers de groupes rock, de chansonniers régionaux, de formations de musiques traditionnelles, de troupes de spectacle de rue, etc. qui font vibrer le public un peu partout en France pendant les congés payés, les week-ends, le soir, sur les terrasses de café, dans les cafés-concerts, sur des petites scènes improvisées sur la place d'un quartier, d'un village, d'un bourg... Rien ou si peu de choses sont relayées par la télévision de cette immense culture populaire.

"C'est un constat entendu" me diront les copains. "Raison de plus pour ne pas regarder la télévision", ajouteront-ils. Cette télévision a pour mission de façonner les goûts pour des raisons commerciales plus que de relayer la culture populaire vécue un peu partout et le spectacle vivant en général dans toute sa diversité. On peut pourtant avoir un regard politique sur ce sujet de la culture pop dans la société française et de sa représentation à la télévision. J'en resterai à la télévision publique car me semble-t-il, si elle remplissait effectivement sa mission de service publique, elle diffuserait dans ses émissions cette foisonnante culture populaire, ce qu'elle ne fait pas. Et les chaînes privées ne le font pas plus. Nous n'avons à la télévision que la diffusion de la musique soutenue par les grands labels comme Warner music (ex. : Soprano et Aya Nakamura), Universal Music (ex. : Angèle, Johnny Hallyday et Nekfeu), ou encore Sony Music (ex. : Maître Gims et Les Enfoirés).

Au cours d'une émission récente de "The voice" sur TF1 (certes, chaîne privée), un artiste en provenance du Finistère faisant parti de cette scène populaire tellement rare à la télévision fût comparée par les membres du Jury au rock alternatif des années 80-90. Florent Pagny ne put s'empêcher de ringardiser cette performance en rappelant que cette musique représentait une "génération", sous-entendu, en désuétude aujourd'hui. Ringardiser la musique populaire vivante est l'une des missions de ces émissions télévisées dont l'objectif est d'imposer au public ce qui doit être écouté. Pagny est un parfait valet des grands labels, il ne faudrait pas que tous ces "petits talents" régionaux viennent faire de l'ombre aux grands labels.

La télévision publique ne remplit donc pas son rôle, une fois de plus me dira-t-on, de relai de la culture "publique". Quid du renouveau du rock garage en vogue actuellement dans de nombreuses régions françaises, quid des nombreuses créations de musique populaire que l'on peut voir partout, rien, la télévision ignore ces nombreux artistes.

Alors oui, pour faire plaisir aux copains, je vais le dire "La télévision, c'est de la merde." Mais en vérité, je pense que nous devrions nous battre pour que la télévision publique, payée avec notre redevance fasse son travail de relai de la diversité et de la richesse musicale de ce pays, ce qu'elle ne fait pas du tout. Nous trouverons bien quelques exceptions de chaînes régionales qui offrent quelques heures à ces artistes, mais lorsque l'on regarde la télé, nous pourrions croire que la culture musicale en France est vraiment d'une pauvreté attristante, ce qui n'est absolument pas vrai. La télévision diffuse toujours les mêmes artistes. Je pense que du côté des radios, à l'exception des radios libres locales, nous avons le même phénomène. 

Les grands labels se sont emparés des chaînes publiques. Nous aimerions bien savoir comment.

Ce qui fait plaisir à un touriste étranger qui vient visiter la France est de pouvoir jouir de cette foisonnante culture dans des milliers de festivals, de concerts, de spectacles, offerts par des groupes et des troupes qui n'ont jamais été relayés par la télévision publique. Pourtant eux-mêmes rendent un "service public" vital dans notre vie sociale. Leurs pratiques artistiques ont des vertus inclusives, éducatives, et agissent sur la cohésion, la solidarité, sur le lien social, sur la découverte du monde, sur l'ouverture des esprits, sur la connaissance des autres...

Pour changer ça, il faudrait une forte volonté politique pour imposer au service public télévisuel de faire son travail : être au service de tous les artistes et non de quelques labels dominants. La télévision publique n'est en rien un reflet de notre société, elle façonne les goûts pour des raisons commerciales ou / et politiques au service des dominants. Il serait d'autant plus utile que la télévision publique joue totalement son rôle de service public durant cette période épidémique que la culture populaire est en crise, faut-il rappeler son importance dans l'économie touristique ? Les gouvernants savent-ils quelles représentations les touristes étrangers ont de la France lorsqu'ils découvrent cette luxuriante culture populaire ? La télévision est comme certains instituts de sondage, elle est plus là pour façonner notre regard sur le monde que pour en être le reflet : la distance entre la réalité des faits et la représentation fictive télévisuelle est telle que de moins en moins de gens ne sont bernés. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP