Edwy Plenel, invité des Lectures sous l'arbre

Qui est Edwy Plenel ? 

Né en 1952 à Nantes. Depuis 1976, il est journaliste politique. De 1996 à 2005, il est directeur de la rédaction du quotidien Le Monde. Il est le cofondateur et le président de Mediapart, journal payant accessible sur Internet créé en 2008.

C’est le vendredi 19 août, à 10h, que vous pourrez rencontrer Edwy Plenel, lors d’une conférence autour de son livre Dire nous : contre les peurs et les haines, nos causes communes, dans le cadre des Matins de la création. Un temps d’échange est prévu à la suite de la conférence pour discuter de son travail de journaliste. 

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez un extrait de Dire nous : contre les peurs et les haines, nos causes communes :

Dire « nous », c’est inventer tous ensemble le « oui » qui nous manque, celui d’un peuple réuni dans sa diversité et sa pluralité autour de l’urgence de l’essentiel : la dignité de l’homme, le souci du monde, la survie de la terre.

Le « nous » de l’égalité, sans distinction d’origine, de condition, d’apparence, d’appartenance ou de croyance. Le « nous » des causes communes où s’invente concrètement l’espérance, là où nous vivons, là où nous travaillons, dans tous ces lieux où nous faisons déjà route ensemble. Le « nous » des audaces démocratiques, sociales et écologiques sans lesquelles il n’est pas de confiance retrouvée dans un avenir partagé.

Ce « nous », seul capable d’enrayer la machine infernale qui met la France en guerre contre elle-même, en inventant des boucs émissaires. Ce « nous » qui fera enfin barrière aux divisions où, par la haine, le rejet et la peur, se perpétue la domination d’une minorité et la dépossession de la majorité. Ce « nous » où s’inventera un espoir commun, dans la délibération collective, plutôt qu’une aventure personnelle, avec son cortège de déceptions et d’amertumes, tant le « je » présidentiel ruine la confiance démocratique en confisquant la volonté du peuple.

Dire nous fait suite à Dire non, paru en 2014. L’alarme qui l’animait alors est, hélas, encore plus justifiée aujourd’hui. Les tenants du repli identitaire, du racisme banalisé, de la xénophobie assumée tiennent le haut du pavé médiatique tandis que nos gouvernants leur cèdent du terrain en nourrissant le terreau des peurs et des haines. Leurs renoncements sociaux et leurs régressions démocratiques, leur manque de hauteur et leur absence de vision, leur soumission aux intérêts minoritaires de l’oligarchie financière sèment le désespoir et la colère. Prisonniers du court terme et obsédés par leur survie, ils ne mènent pas la bataille des idées. Pis, par frilosité, conformisme ou aveuglement, ils ne cessent de reculer face aux idéologies renaissantes de l’inégalité et de l’identité, destructrices de la promesse concrète d’une République démocratique et sociale. Eux-mêmes gagnés par la peur devant l’inconnu et l’incertain, ils s’avèrent incapables de proposer un imaginaire rassembleur, réduisant la politique à l’économisme, sa vitalité à une statistique, son ambition à la gestion.

Il est temps de dire « nous », et de tracer une autre route, celle d’une civilisation du partage et de l’échange, de la délibération et de la relation, de l’égalité et de la solidarité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.