LA DESTRUCTION DES ENFANTS NOIRS PAR LA JUSTICE

Une politique de destruction des enfants noirs et plus généralement des noirs est en place dans notre pays. La justice est utilisée pour cette besogne. Toutes les mésures sont prises pour exclure les enfants, les femmes et les hommes noirs de toute émancipation. Le juge estime qu'un milieu précaire est mieux pour un enfant noir.

En France, pays des droits de l'homme, un groupe d'individus à cause de leur couleur de peau n'ont aucun droit. C'est comme s'il y avait deux systemes judiciaires, l'un pour les noirs et l'autre pour les autres.

Il s'agit politiquement de maintenir les noirs dans le sous emploi.

On les aime quand ils sont éboueurs, on les aime quand ils manipulent les marteaux piqueurs, on les aime quand ils font du ménage, on les aime quand ils sont agents de cantines scolaires, on les aime quand ils sont aux caisses des hypermarchés. On les maintient dans le sous emploi, dans l'emploi précaire, dans la basse besogne. Et s'ils veulent s'en échapper, la justice les y maintient de force.

Ce n'est pas qu'au sein du PSG qu'une discrimination raciale a été institutionalisée. Le PSG n'est que l'arbre qui cache la forêt. On discrimine dans nos écoles, on discrimine dans nos universités, on discrimine dans nos grandes écoles. Des enfants noirs qui avaient toutes leurs places dans nos meilleurs universités et nos meilleures grandes écoles, sont éliminer, avant même d'avoir concouru. on utilise la justice pour les éliminer.

La justice a le pouvoir d'empêcher un parent de donner une éducation à ses enfants. La justice arrache les enfant au parent médecin qui faisait d'eux les champions, qui faisait d'eux les meilleurs élèves de leur classe, qui faisait qu'ils sautent des classes, pour les confier au parent agent des cantines scolaires, qui ne peut nullement aider scolairement les enfants, faisant que les enfants vont d'emblée se disputer parce que le cadet qui est en CMI a demandé à l'ainée qui est en sixième de l'aider dans ses devoirs et que celle ci a refusé parce qu'elle a elle-même ses devoirs.

La justice refuse les faits établis.

La justice refuse que le déterminisme social est un fait établi.

La justice refuse ce que tous les professeurs et tous les parents savent.

La justice refuse qu'avec un parent qui est médecin les enfants ont vingt fois plus de chance qu'avec un parent qui est agent des cantines scolaires, et qu'en les confiant au parent qui est agent des cantines scolaire elle divise leur chance par vingt.

la justice nie le fait que les enfants ont plus de chance avec un parent docteur en médecine, qu'avec un parent qui a un brevet des colleges et qui est agent des cantines scolaires, et ceci malgré le fait que le parent agent des cantines scolaire reconnaît lui-même que pour le bien des enfants,mieux vaut qu'ils soient avec leur parent médecin.

Le juge estime qu'un enfant noir est mieux s'il vit avec un parent agent des cantines scolaires qu'avec un parent médecin.

Le juge estime qu'un enfant noir est mieux s'il vit des aides sociaux qu'avec un parent dont les revenus mensuels sont supérieurs à dix mille euros .

le juge estime qu'un enfant noir est mieux s'il est hebergé par une association avec quatre autre personnes dans un logement de 50 m2 avec trois personnes dans une chambre et deux dans l'autre que dans un logement de 175 m2 où chacun à sa chambre.

Devant les évidences, la justice manipule. 

La justice utilise une arme redoutable contre la démocratie. En effet; notre systéme judiciare de pays démocratique repose sur le principe du contradictoire qui est le fait que chacun donne sa version des faits.

afin de n'écouter qu'une seule partie, la justice utilise son arme reodutable, "l'urgence." En effet, l'urgence permet de n'écouter qu'une seule partie. Ceci aboutissant au fait qu'en cinq ans de procédure, cinq juges ont rendu cinq décisions toutes en urgence de sorte qu'en cinq ans, les juges n'ont que la version d'une partie.

Ceci fait que les enfants que étaient dans la catégorie sociale la plus favorisée est aujoud'hui dans la catégorie sociale la moins favorisée. les enfants qui étaient les meilleures de leurs classes sont aujourd'hui des élèves moyens, voir en difficulté scolaire.

Ceci faisant que les enfants qui vivaient dans ce qui était qualifié de chateau doré, vivent aujourd'hui dans un foyer social.

Ceci faisant que les enfants qui vivaient dans un foyer aux revenus supérieurs à dix mille euros par mois vivent aujourd'hui des aides sociaux.

Ceci faisant que les enfants qui s'habillaient hier dans les grands magasins s'habillent aujourd'hui avec des vetements de récupération.

Pour mettre les enfants dans cette situation terrible, pour les dégrader ainsi, tout est fait pour détruire le parent médecin, qui leur apportait tout; le confort, l'éducation un  patrimoine etc.

Au passage on gagne beaucoup d'argent sur le dos de ces enfants, puisqu'un enfant hebergé par une association rapporte en moyenne sept mille euros par mois à cette association, cette somme pouvant aller jusqu'à dix mille cinq cents euros par mois, soit un demi million par an et un million en deux ans pour un parent et quatre enfants; de quoi créer des vocations.

Pendant que les enfants se dégradent et s'appauvrissent, les associations deviennent extrêmement riches et manipulent des sommes colossales.

Ces enfants sont exclavagisés et rapportent beaucoup d'argent aux associations.

Tous les parents qui participent aux réunions de l'association sont des noirs, tous les enfants qui participent à ces réunions sont des noirs.

Ces enfants sont confiés au parent qui les donne à garder à gauche et à droite.

Aux reunions les enfants sont séparés de leurs parents.

Ces situations créent des risques pour ces enfants, notamment les risques d'abus sexuel, de pédophilie.

Nous sommes dans un cadre où en raison de la couleur de sa peau des citoyens sont maintenus dans la pauvrété, la misère, le sous emploi. empêchés de s'émanciper de ces conditions.

Ils sont exploités économiquement et les risques d'abus sexuel sur ces enfants sont réels.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.