La rive pacifiée

 

                La rive pacifiée.

 

C'est un motif qui perce au bord d'une

douce rivière

Une église des temps passés sous le soleil

de janvier

 

Son dessin si pur et le clocher carré

 

Le lieu à l'abandon

Devant un pré en pente clos de quelques murets

Une image plus bucolique que nature parmi

l'innommable présent

Mais pourquoi ce passé paraît-là si beau

Est-ce la solitude de la bâtisse avec ses

longs toits frissonnants

Quelle mélancolie là ô lumineuse

Qui assaille le regard

 

J'entends un barde psalmodiant dans quelque cimetière d'antan

Le vent d'une paix admirable

Plus désirable que n'importe quelle ivresse

 

Le temps est si simple devant cette clarté

d'image

 

Dans cet après-midi d'un hiver sans pardon

Dans un siècle qui égorge toujours mieux

 

                        Gérard Lemaire    2000

dans "La barre du sept", volume de poésie en quète d'éditeur

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.