La mort et ses bijoux écarlates

aujourd'hui, jour des morts ; ce poème parle plutôt de ces non-livres : convenus, conventionnels, complaisants, truqués

La mort et ses bijoux écarlates

Elle me fixe en souriant à la littérature

 

La mienne qui n'existe pas

Celle de quelques autres celle qui résiste à ses ossements

 

La reine de l'ironie sourit malignement

Les romans par milliers de myriades croulent de ses jupes

 

Largement ouvertes à tant de flux sous les cadavres

Écrasants / Il n'y a plus rien à dire

 

Depuis longtemps elle a gagné

Avec l'aide de ceux qui savent et ne savent pas

 

N'est-ce pas une belle enfant généreuse

Elle laisse les jours de Job passés sans une crainte

 

Ses bijoux d'abord dans les yeux des hommes

Ils brillent plus fort que les doux poèmes

 

Gérard Lemaire

 

publié dans Verso, n°170 (septembre 2017) : Alain Wexler à Lucenay (69)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.