quitter, tourner la page, le bûcher des morts

                                       Qui quitte.

Le bûcher des morts   /   Si haut réchauffe les ombres

On entend le souffle des prières   /   S'élevant tout droit

En nuages de visages sur le sol   /   Ô bûchers de membres et de chairs éparpillés en poussière

Jetés pour disparaître dans le plus vite   /   Ô épaves sanglantes / squelettes lapidés derrière la vitre qu'aucune force ne brise

Tas de sables brillants sur les collines   /   On fait semblant de tourner la page

Demain à songer   /   Dans l'imperceptible grattement

Cette route à dents dans les poulies balancée   /   À travers les étendues sans fin pierreuses – normalement immobiles


                              Gérard Lemaire     2009

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.