"Alors il n'existe aucun refuge"

Parfois qui ne croirait que l'art est le seul

refuge

Mais il ne peut être que piège

Il échappe à la main de tout pauvre

Ne lui a jamais appartenu

Cet ami vous trahirait dans le plus cher le plus

aimé

Il vous dispenserait ce genre d'opium tant désiré

En vous égarant sur des pentes souverainement

boisées

Mais il n'existe pas de refuge

Ou il faudrait sortir là dans la rue et sur les

routes

Avec vos hardes et vos haillons

Avec vos cannes

Il faudrait bien sûr quelque fusil accroché aux

épaules

Un ou deux ou plusieurs

Et d'autres compagnons à vrai dire

Alors il n'existe aucun refuge

Il n'existe que le cadavre de toute lumière

Que ces cheveux du deuil que l'ombre avale avec

volupté

 

      Gérard Lemaire   2004

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.