Inventer la poésie

           Dans la plus lourde bataille

 

La poésie n’a pas encore
Été inventée

Elle est devant nous peut-être
Si l’avenir s’ouvre un jour à elle

Je ne tiens rien par ces mains
Que ce désir qu’elle existât dans une autre aurore

Là pris dans un ouragan si puissant
Déjà évacué / car toutes scènes détruisent

Mais quel vent traverse la raison et la folie
Dans l’immense clarté d’un instant fuyant

Il s’enracine dans un instinct de fraîcheur des femmes
Si au dernier moment elles s’unissent en révolte

La poésie est à inventer toute et une
Oubliée sous la marche des ronflants virtuoses

 

     Gérard Lemaire     

 

Extrait de « Contre Sainte Beuve » de Proust ; page 345 

"Le poète qui donne sa vie à une œuvre qui ne recueillera de suffrages qu'après sa mort obéit-il vraiment au désir de gloire qu'il ne connaîtra pas ? Et n'est-ce pas plutôt une part éternelle de lui-même qui travaille, pendant que lui est laissé (et même si elle ne peut travailler que dans cette habitation éphémère), à une œuvre éternelle aussi ?"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.