..."Minuscule musique au bord des abîmes"...

Un chant d'oiseau en mars

Comment le toucher

Minuscule musique au bord des abîmes

Il coule un or si fragile dans l'oreille

Une onde de jeune miel

Et les merles apparaissent

Ils courent à une vitesse folle au travers

de la route

Flèches sauteuses au ventre rond

D'une incroyable impertinence

Ils passent sans s'arrêter

Et disparaissent aussi vite

 

     Gérard Lemaire    2003

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.