à Rafal Wojaczek, poète

"Le travail de Wojaczek traduit les circonstances politiques et pratiques de vie en Pologne dans des termes universels et existentiels" (Wikipedia)

          à Rafal Wojaczek.

 

Je ne barbote pas dans le fleuve des résignations

Allant tout droit dans la griffe qui vient

 

Et je ne suis pas seul / mon nom est écrit sur la paroi d’un volcan

Et ces fumées si pâles ne renversent personne

 

Seuls les éboueurs de Lodz

M’apprendront l’alphabet qui me brûle

 

Ou un vagabond des alpages

Dans ce chalet d’occasion de misère avec son feu

 

Ce Manouche au teint des sournois malheurs

Prenant le repas à l’abandon des friches

 

On ne finit pas comme ça de malmener une torche de ruines

Je n’entends que des clameurs appelant l’autre face du monde

 

Quel désert nous fait avancer sans au-delà

Pulvérisant je ne sais quoi au bord des rues

 

      Gérard Lemaire     2009

 p340 du livre paru en mai 2019 : "Gérard Lemaire, poète à hauteur d'homme" au Contentieux (Toulouse) ; auparavant dans Aura, revue de poésie à Mons (Belgique), n°63 automne 2009

Né à Mikolow le 6 décembre 1945, Rafal Wojaczek était un poète polonais. Il s’est suicidé le 17 mai 1971 à l’âge de 25 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.