ceux qui payent deux fois comptant

 

Je ne vois que des faiblesses au plus loin

Qui demanderaient la grâce

 

Mais elle n'arrive pas

Le singe de l'homme a rempli tout l'horizon

 

Sous les balles de la police

Des ouvriers sont tombés (comme en 1947, en 1955)

 

Ce peuple paie lui deux fois comptant

Et les mains jointes l'oublient pompeusement

 

Pas une voix pour se détacher des discours

Pour revenir dans l'authenticité de la scène

 

Ne se détache assez

Pour faire face à cette faiblesse

 

Ce creux natif

Qui dévale les pentes

 

          Gérard Lemaire      2007

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.