L'oasis cachée dans un repli...

L'oasis cachée dans un repli

Légèreté d'un tissu sur un corps qui s'envole

Vers la sourate dans les yeux

 

J'ouvre le paradis de Marc Chagall

Celui-là même que je veux imaginer

 

L'éclat de rire

L'enfant le plus ordinaire que nul ne peut être

 

Cette oasis insoupçonnée

À travers le mensonge des dunes

 

Et ce corps dans l'été

Cette folie vivante que personne ne peut toucher

 

Je la regarde passer devant les pompes à essence

Une station visuelle d'attente sur la route

 

Parfois la nuit quelque regard la voit

Comme si elle existerait – elle dans lui – un jour un instant

 

            Gérard Lemaire   2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.