Contre la misère du sort

ceux qui parlent tant et si bien, en fait se taisent sur la misère

Contre la misère du sort

Je demande la fraternité du verbe

 

Contre l'injustice du sort

Je replie et déplie l'insoutenable

 

Ne pas vouloir perdre trop de temps

En sachant que pas un jour ne me sera /

ne m'est accordé

 

Alors malaxer sans abandonner la seule piste

Le matériau possédé par cet Ennemi

 

Le triturer ou faire semblant de jouer

Dansant triste chien sur les pattes de derrière

 

Oh ce bel appêtit

Oh oh comme j'astique l'aiguille de la rose

 

Contre le mensonge du silence

Et le silence de ceux qui parlent tant et si bien

 

      Gérard Lemaire       2013

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.