a priori...dormir...seuil...printemps...construction d'un chemin

A priori aucune nécessité d'aller au

chevalet

A priori je m'endormirais

En écoutant les abeilles

Rien ne m'effleurerait dans mon inexistence

J'aime la pluie au dehors

C'est la seule présence

Mais je défriche la vraie raison

Bousculant d'accablantes montagnes

Le seuil de quelque printemps existe

Enfoui tellement caché

C'est lui qui demande ou implore

La construction d'un chemin

C'est lui l'immensité d'une pauvre voix

Je désire qu'il y ait un but pour le

déserteur

Pour le chamois chassé qui saute vers les

cimes d'un rocher à l'autre

              Gérard Lemaire     2002

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.