..."La terre flambe"..."Cette fuite dans la mort"...

                        Mièvrerie.

Qui dois-je toucher dans la foule

Si personne ne désire m'entendre

Les ponts ont été coupés entre les hommes

Le verbe ressemble à un agneau parfumé dans

la panoplie guerrière

L'esprit a été grimé – il ne pourvoie que ses

assassins

la terre flambe d'un bout à l'autre

Mais aucune voix n'est libre pour le dire

Pour appeler la conscience des belles âmes

Le champ d'extermination a grandi sous des

regards bienveillants

Derrière des cravates amusées

Cette fuite dans la mort a atteint son but :

être grandiose

                                   Gérard Lemaire    2002

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.