avoir quelque chose à dire et être entendu, poèmes sans éditeurs

la poésie ne se lit pas ; dans les librairies, le rayon poésie est inaccessible ; les bibliothèques en achètent peu ; reste au poète à donner les siens aux gens qu'il rencontre et qui n'y sont pas si insensibles que cela

 

J'enverrai mes poèmes

Au sultan du Bruneï (archipel des Célèbes et alii)

 

Au vol de grues qui passent sur ma tête

Deux fois par an / le cou tout droit vers

 

Sans oublier la femme du grutier

Au bout de la moche rue du quartier

 

J'enverrai j'enverrai

A des adresses devenues « N'habite plus... »

 

C'est un élan épouvantable

J'enverrai aux sables aux glaces aux îles sous la mer

 

J'enverrai comme toujours à n'importe qui

A des yeux qui m'ont regardé dans cette rue

 

Et surtout à toi directement

Celui que je n'ai pas rencontré

 

 

      Gérard Lemaire       2006

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.