"Une rebelle" Phoolan Devi

se souvenir de Phoolan Devi, de qui elle était vraiment et comment sa mort a été présentée : "mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" (Camus) ; en ces jours de manifestations, il est crucial de ne pas "incurver le Réel"

            Une rebelle 

Plus limpide que les eaux du Gange.

             (de tuerie.)

 

J'ai dédié un poème à Phoolan Devi

Il n'a jamais été publié comme tant d'autres

Ils l'ont abattue de plusieurs balles /

dans la tête paraît-il

« Le Monde » la case dans la rubrique « Disparition »

Et l'appelle : La Reine indienne des bandits

Ça vous retourne l'estomac cette saloperie de

légèreté

Cet assassinat serait-il folklorique?

Ce journal du soir est plus maudit que maudit

Il baigne dans le sucre et la vase

Phoolan Devi...

Ils l'ont assassinée massacrée / j'en ai mal

au ventre / partout

Et ce n'est même pas un événement pour cette

presse

Qui honnêtement peut comprendre cela

Est-ce les lois journalistiques /

Ils peuvent incurver le Réel

Avec des phrases calibrées

C'est (d')un silence pesant

 

Mais qui connaît cette justicière au bandana

noir / après tout

Un livre et un film ont raconté son épopée

Elle combattait les violeurs les accapareurs

les opresseurs de toujours

Prenant les armes / après son propre viol à

onze ans (mariée à un cousin)

Les balles ont atteint leur but inouï

Cette députée des sans caste

Figure de feu et de miracle en ces temps fangeux

Tant de cœurs dans le monde vont la révérer

(de préférence en secret)

Disparue disparue...

 

     Gérard Lemaire      2001

dans : "Douches chaudes pour vagabond", volume en attente d'éditeur

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.