..."j'essaie d'y croire à ce corps incompréhensible"...

La poésie (disparue) n'invente rien  /  Seul le désir – plus sauvage que jamais -  /  pourrait faire qu'il lui ressemblerait

Comme si le faux n'était pas inutile  /  Comme si le faux pouvait faire découvrir

Pouvait pousser le corps en avant  /  Le corps a une vie propre peut-être

Je le remercie encore malgré tout  /  J'essaie d'y croire à ce corps incompréhensible

Le corps est mort devant la poésie  /  Mais comme si en lui et par lui le sens  /  avait une existence

Oui le corps pratique une ascension  /  Il va en marche/il désire un/le sommet

Je dois le ménager malgré tous les déserts qui l'assiègent  /  Mon corps au-delà de toute santé mais continuant à bouger

         

                                            Gérard Lemaire       2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.