Fidèle à ce spectre d'ami

Fidèle au rien et au plein 

Ou à ce bâillement longitudinal de la langue

Où s'engouffrent des nuée d'hommes

Avec leur avidité

Ainsi bu / je lutte avec l'obstination de quel

au-delà

Fidèle à ce spectre d'ami qui venait sonner à

ma porte

Je lui ouvrais les bras ouverts

Comment n'aurait-il pas reculé sur ce seuil

D'un pas

Mais il sut dorénavant

Sa mort tragique marqua une fin

 

Et je cherche encore

Tombant sur l'effondrement du Vrai

Fidèle à la banalité des signes qui pourraient

être autre chose

Ce n'est qu'un portail de fer ou un fauteuil

roulant magnifique

Mais l'ami – parti trop vite – avait eu

quelque parole

         Gérard Lemaire    2000

dans le volume "Douches chaudes pour vagabond", volume de poésie à paraître

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.