"Un oiseau dort dans le feuillage"...

Un oiseau dort dans le feuillage

C'est un temps de dimanche et d'été obscurs

Les mouches volent et piquent

Il y a si peu pour créer un poème

Sauf le sentiment licite d'être là

Même enveloppé et soumis à toutes les brumes

Et puis rien l'emporte

L'insecte le plus microscopique

Rien fête la volupté d'exister

Ne serait-ce que si faiblement

Un oiseau veille dans l'arbre et le buisson

Moins que rien serait encore le beau commencement

       

                                  Gérard Lemaire    2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.