Ne te lève pas trop tôt

le poète ? un gêneur qui devrait faire semblant d'être joyeux

 

Ne te lève pas trop tôt

Le puissant te préfère sous terre

 

Et le peuple ne t'attend pas

Il a tant à faire dans ses fers

 

Ton dos ainsi qu'Atlas en nues

Doit se faire bien courbe

 

Alors dors tout ton saoul

Aime les merles en plein soleil

 

Promène-toi avec des airs joyeux

Peut-être te laissera-t-on passer

 

Un fantôme repu est toujours là

Derrière ses rochers de néon

 

Il guette ton inévitable faux-pas

Il sera l'homme le plus inaperçu

 

     Gérard Lemaire  (1942-2016)

dans "Onze poèmes"  publié en 2017, ainsi qu'un autre volume : "Une flèche taillée par le vent"

 (savez-vous que les merles ont été décimés l'an dernier par un virus ?)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.