Silence

Le silence, quel silence ? Le silence et les bombes...Prenez ce poème pour y réfléchir.

 

Aujourd’hui nous parlerons du Silence

Le beau silence trop beau pour être vrai

Le Silence que rien ni personne ne peut toucher

Il fait frissonner

Il inquièterait la tourmente

Il est interdit de parler du Silence

On a l’air d’enfourcher de sombres billevesées

On a l’air d’une bête marchant à l’abattoir

C’est que le silence nous refuse l’humanité

Le Silence est gonflé de vacarmes outrecuidants

de bombes incendiaires

Il n’y a plus bavard ou menteur que cet

ange aux pieds fourchus

Le Silence est vraiment la prostituée

Mais celle qui n’a rien de sublime comme les autres

C’est une prostituée à l’état pur dirai-je

Elle remplit les tuyaux acoustiques de faux messages

Le vrai Silence a été mis en pièces et en miettes

Il reste le silence des moteurs qui couvre la voix humaine

Il reste des avions bombardant tous les ciels intimes du monde

Il reste encore le même Silence

 

     Gérard Lemauire   2000

 

p98 du volume "Un remous plus fort que le fleuve" publié aux Deux-Siciles par Daniel Martinez, Ozoire la Ferrière  (77)

Daniel Martinez publie aussi la revue Diérèse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.