Sylvia Plath, poète, (1932-1963) : quand le monde commet un crime de lèse-avenir

La mort prématurée d'un père, une vive intelligence, le refus du conventionnel, le sentiment d'incompréhension, une dépression qui ne se laisse pas oublier et tout simplement : le froid de l'hiver. Justement celui-ci arive à grands pas : combien de SDF ?

      Sportive dans le pur trépas.

 

Sylvia si je t’avais rencontrée

Sur le campus où tu planais

Souvent en fin d’après-midi

Sylvia n’empêche que je vis avec toi du matin au soir

Quand je redeviens sérieux/ma chère

Sylvia toi dans l’abandon

Où je te ressemble tant

Sylvia tu as tourné les boutons de l’appareil à gaz

Tu t’es fourrée la tête dans le four

Parce qu’il faisait trop froid en février

Et tes mômes pleuraient dans la chambre à côté

Sylvia comment as-tu fais cela

C’est le monde Sylvia qui a commis ce crime

Ce crime de lèse-avenir

Comme ces époux Rosenberg dont tu parles si bien

dans ton roman

Quand celle que tu croyais ta copine

Se pâmait de plaisir

En apprenant la nouvelle (de leur exécution)

Voilà où le vent le plus morbide a commencé

à souffler Sylvia

Entre les peupliers du campus

 

     Gérard Lemaire   2001

dans Diérèse n°16 (décembre 2001), revue faite par Daniel Martinez, Ozoire la Ferrière (77)

et p 333 du livre "Gérard Lemaire, un poète à hauteur d'homme"

Sylvia Plath, née le 27 octobre 1932 dans la banlieue de Boston (USA) était poète. Son roman "la cloche de détresse", (The Bell Jar, 1963), autobiographique, se passe au moment où les époux Rosenberg sont exécutés malgré les protestations internationales. Elle écrit des livres pour enfants, des essais. Mariée au poète anglais Ted Hughes, ils ont deux enfants. Elle se sépare et vient vivre avec ceux-ci aux environs de Londres mais elle se retrouve sans ressources par un hiver très froid et rattrapée par la dépression dont elle a souffert dans sa jeunesse : elle se suicide. Si The Colossus est publié en 1960, ses autres recueils le sont après sa mort : Ariel (1965), Crossing the water (1971), Winter Trees (1971), The collected Poems (1981) (rassemblés par Ted Hughes, ils lui valent le prix Pulitzer posthume).

à propos des époux Rosenberg : si l'on voulait juger les autorités américaine à propos de leur exécution, il faudrait se souvenir que Dreyfus, en France, n'a dû son salut que grâce à l'opiniâtreté de son frère et d'autres dont le fameux "J'accuse" d'Émile Zola, l'armée ne voulant rien savoir  même après que la fausseté de l'accusation ait été démontrée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.