..."Et la vie bien sûr désespère la vérité"...

              Pour rien au monde, je ne me tairai.

La vérité c'est la vie

Et la Vie souffle par les muscles de l'esprit

et du corps

Elle souffle d'abord dans le rien du vide

Dont l'existence regorge

La vie est mécréante

Adorant l'abomination cachée

Dans le bitume des jours écrasants

Et la vie bien sûr désespère la vérité

Impossible de se déshabiller vraiment devant

un public – même restreint

De ne pas mordre avec les dents un billet vert

qui passe quelque part / dans la fournaise

Quand on est à zéro / sur le sable

Tant d'années et de décennies sous un seuil

de pauvreté / inéluctable

Alors les oreilles d'un fauve restent dressées

Quand le bourgeois rêvasse tout à côté dans

ses molles dunes

     Gérard Lemaire   2003

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.