des merles qui traversent la tête

 

C'est difficile de ne rien démolir

De partir au loin le pied léger

 

Des éraflures enveniment toute plaie

Est-ce possible de savoir comment faire

 

De retenir les merles qui traversent la tête

A une telle vitesse pour s'incruster là

 

La caissière du coin a quitté son mari

Après trente-deux ans de loyaux services

 

Elle dit dans un souffle « Si on savait tout »

Puis remarque qu'elle aurait dû partir avant

 

Une dame toute menue dans cette surface

Juste devant la porte à courants d'air

 

Les séparations mode à ne même pas parler

Comme un ravage laissant si peu après

 

              Gérard Lemaire       31-0-2007

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.