"Dernières nouvelles du paradis"

        « Dernières nouvelles du paradis »

Une lettre de B.S. me dit quelque chose

Me parlant de la communauté hippie où il

vivait à Marrakech

Dans les années hum... 1970 ;

C'est comme ça qu'il écrit

Ça me fait une déflagration dans la tête

que j'ai assez nuageuse pourtant

Oui bien sûr je te comprends B.S.

Voilà le choc d'un passé disparu

Et tu écoutais cinq mille fois Dylan et

Steve Miller

J'ai du mal à me souvenir moi aussi tout

à coup

Je ne sais plus dans quelle fosse je navigue

Et Dylan a mal tourné

Bruno tu fais salement sentimental arrête

ta musique

Ce passé mort était trop riche pour survivre

On ne peut même pas en parler

Je sais

toute trace a fichu le camp

Qui pense encore à ça

Il faudrait des tonnes de poèmes pour en

dire deux fois rien

J'en ai trop marre

On était trop seul à lutter

                        Gérard Lemaire     2002

   

publié dans Diérèse n°18, revue de poésie, directeur de publication : Daniel Martinez (Ozoire la Ferrière, 77)

également, pages 209 et suivantes, dans « Gérard Lemaire, un poète à hauteur d'homme », biographie anthologique faite par Robert Roman (le Contentieux, mai 2019)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.