Ce serait un havre sur une route de montagne

Ce serait un havre sur une route de montagne

Une maison aux escaliers de marbre

À la douce clarté

Au respir immensément tranquille

En Bohème

Ses plafond de gros bois verni

Je les bénirais

Ici je saurais mourir dans le souffle de la

béatitude

Nous avons été heureux dans ce refuge

Si loin des villes

Il m'a laissé une marque

Ce souvenir d'un ailleurs faste encore possible

Un rayon de majesté lumineux dans cette pierre

Si parfaitement allemand

Donnant au voyageur la force d'aller

La joie de gravir les seuils inaccoutumés

Et cette certitude que le bonheur est dans la paix

Dans la gravité de ces murs de légende

                  Gérard Lemaire    2003

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.