vouloir dire le premier mot sans tache

                 Dignité.

Le ciel bleu est un fer de lance

Le mur est un tapis brûlant

La route est une coulée de lave et de poudre à canon

Les hommes haïssent

La réalité est intouchable

Comme la mort

Comme la vérité    // 

On meurt à vouloir dire le premier mot sans tache

Celui qui naîtra sur le sable où se poseront les oiseaux du futur

Les pleurs muets des femmes

Grossissent les rivières de flammes    //

Les hommes haïssent

La réalité est un puits où les fous se suicident    //

Un four

Où les os craquent

Où les têtes s'enfoncent

Où les enfants chantent    //

Des cantiques insurmontables

     Gérard Lemaire   1997

dans : "Tu es si nu que tes os frissonnent", volume de poésie en quête d'éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.