Il est cinq heures ; aux nouvelles : la fuite des cerveaux

                 Brève de civilisation.

La radio parle de la fuite des cerveaux

que rien n'arrêtera

Il existe donc des gens qui n'ont pas de

cerveau

Les cerveaux refusent de payer les impôts

sociaux

Celui-là s'en va en Irlande

Où les universités brillent paraît-il

beaucoup plus

En entendant ces bravaches les non-cerveaux

deviennent plus attentifs encore

C'est toute l'atmosphère qui se durcit

Les cerveaux lancent des sondes conquérantes

Les non-cerveaux doivent se terrer dans

leur coin et leur fange

Dans l'attente du bourreau

Voilà le message du matin sur les postes

endiablés

Il va être juste cinq heures

     Gérard Lemaire    2002

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.