"Gorge de souffrance..."

 

Gorge de souffrance

Gorge de la nature sauvage

 

J'entends les cris des silhouettes étouffées des gens

Ceux qui ne veulent rien dire

 

J'entends des messages sans en connaître toutes les origines

Il existe un morse de l'air et d'ailleurs

 

Gorge de volcan

Au bout des tables de café

 

Appliquée

Ne voulant pas retourner la carte du jeu

 

Mais même la jolie serveuse en tablier jaune

Connaît sa merveille de la fin de journée

 

Gorge peut-être superbement ouverte

Sur le tableau épais des numéros reliefs de surface

 

       Gérard Lemaire       2010

le dernier vers de ce poème m'est obscur, énigmatique ; si vous pouvez en éclairer le sens !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.