c'était folie de croire au poème

                  Souveraineté du Mal.

                                                 « Des cloches tout à coup sautent en furie

                                                    Et lancent vers le ciel un affreux hurlement ».

                                                                                         Charles Baudelaire

Il vient un temps où il ne reste que la blessure

Où la parole est définitivement vaincue par le néant

L''individu mesure alors combien

Il est seul dans la maison humaine de son être

Combien c'était folie de croire au poème

Combien les puissances à affronter

Étaient lourdement souveraines

Combien au fond la terre était soumise à l'univers

Noyée dans un stress sidéral...    //    

(Tant que nous n'aurons pas répondu à l'énigme des étoiles

Pourrons-nous jamais chercher le bonheur des hommes sur la terre ?)    //

Le monde n'était pas désert

Mais moins qu'une falaise de sable

Dans l'orbite du Mal – toujours oublié...

     Gérard Lemaire   1997

ce poème fait partie du volume "Tu es si nu que tes os frissonnent", volume en quête d'éditeur

r

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.