janvier, mois sans alcool

à vingt ans, on s'emmerde

         Panadium. 

 

A deux on jouait au poker

Avec les litres de gnôle de prune

Affalés sur une couche

A vingt ans on s'emmerde

La ville pourrissait sous les pas

La rue était torve

Des pavés des usines

Son père à lui était mort

Vraiment bêtement

Ivrogne à godets à litrons réguliers

Le samedi dans son HLM

En retraite avancée au paradis des saoûlards

Mon pote picolait et moi z'aussi

Il y allait franco de la bouteille

Les cartes m'étaient peut-être favorables

On se sentait baigner

Dans une vaste crevasse ineffable

Il fallait boire que ça / au goulot

Dans la piaule toute basse

Le liquide chaud sur la face

A vingt ans on s'emmerde

Tous les deux tierce brelan

 

     Gérard Lemaire   2001

dans "Douches chaudes pour vagabond"    volume de poésie à paraître

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.