La rivière muette poursuit son cours

La rivière muette

Ne serait qu'un long sanglot

 

Froide sous la pluie

Son immobilité me bercerait

 

Elle poursuit son cours

Sur d'immenses distances

Elle m'interroge sans cesse

 

Mais elle ne dit vraiment rien

Le regard ne peut que l'accepter

 

Et elle rentre jusqu'au fond des yeux

Dans son silence d'une terrible puissance

 

Elle n'est donc que ce trait sans fin

N'ayant pas la plus simple parole humaine

 

L'homme dévasté doit l'oublier

Lui qui attendait dans le fatal déséquilibre

 

           Gérard Lemaire    2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.