Les mains dans les flots se tendent

Les mains dans les flots se tendent
Vers ses forteresses qui s’éloignent

Est-ce le ciel qu’elles veulent appeler
Dans leurs gestes incompréhensibles

Ces mains ont cherché les vertus
De la seule langue

Mais si elles venaient à se rassembler
Sur quelque radeau de mémoire

Si elles arrachaient à ses houles
Des brindilles en fuites

Elles peuvent liées faire un bouquet sanglant
Au milieu de la valse des vagues

Ce magma de mains si jeunes
Approcherait-il d’un îlot hors des cartes

                  Gérard Lemaire  2006 ?

publié dans l'Écho du Ch'Nord revue de poésie d'Yvette Vasseur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.