Le premier jet du poème

Post-scriptum d'une lettre adressée à G Jacquemin, Pollen d'azur (manuscrite)

P.S. Là où vous poser une difficile question, encore, cependant, c'est celle du « jet », premier...

Tous mes poèmes ne sont pas sur une même ligne ; oui, vous avez raison. Mais ils restent travaillés, réfléchis, fortement. Je ne peux qu'insister là, ici, sur cet aspect, pour être vrai... Oui, mes poèmes sont ou restent très différents les uns des autres, mais ne peut-on être là satirique et ailleurs lyrique, ou élégiaque, même. Si, je le crois ; mon expérience (pardon!) m'y invite. Et c'est pour moi une grave difficulté vis à vis de ceux à qui je soumets mes poèmes ! Souvent, ceux-ci préfèrent en remarquer et en souligner ce qui leur semble des exagérations, ou autres.

En poésie, je ne crois pas que l'on puisse être jamais crédible.

Mais comment ne pas considérer ce que cette époque, la nôtre, a d'inquiétant dans ses divers chaos ? Dirai-je.

      Gérard Lemaire (2004)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.