poèmes pour David Edelstadt

     À David Edelstadt (poète 1866-1892)

 

Au plus près

D'une goutte de sang

 

Chaque goutte

Là de sang

 

La tenir haut

Et s'y noyer

 

Chaque jour chaque nuit

 

Être dedans

Joyeux

 

Dans toute la peine

Fervente goutte

 

Pour le peuple

Jusqu'à lui

goutte de sang

 

            Gérard Lemaire 2011

publié dans l'Écho de ch'Nord n°59 automne 2011 par Yvette Vasseur

 

autre poème :

 

L'ange parti de Kalouga

Fuyant quels pogroms

Arrive à seize ans dans un monde

Qu'il pouvait croire différent

 

Rédacteur de La voix de l'ouvrier libre

Il trouve la mort à vingt-six ans

À Denver (Colorado)

 

David Edelstadt avait voulu fonder

Des communautés agricoles juives

 

Quel chant pour un tel homme

Ses yeux ne voyaient

Ne pouvaient fixer que le sang du peuple travailleur

 

Pour lui il a tout donné

Dans le pur élan des exceptions

 

Avec lui les chaînes des abattoirs tombaient

Son ombre faisait reculer les sbires

Son aura engloutissait les tièdes

 

Avec de tels météores de chair

Rien ne pourra jamais être perdu

 

            Gérard Lemaire 2011

 

naissance à Katouga (Russie) le 9 mai 1866 / mort de tuberculose à Denver (USA) le 17 octobre 1892 / touché par un pogrom le 8 mai 1881, il émigre aux USA en 1882 / il devient le rédacteur en chef de l'hebdomadaire anarchiste Frei Arbeiter Stimme, La Voix du travailleur libre / adopte la langue yiddish / en 1889 publie son premier poème en yiddish : À la vérité. En 1953, paraît à New York une anthologie sélective de ses poèmes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.