L'enfant mort de la trêve

                    L'enfant mort de la trêve.

 

Cet homme qui porte son enfant mort dans

ses bras

Un enfant tué par une soldatesque trop

nerveuse sans doute

La balle est partie toute seule

Il ne s'est rien passé de plus

Ces jambes d'enfant pendantes

Ne vont pas émouvoir les généraux ni les foules

Pour les foules elles ont autre chose à faire

Les journaux sont luxe mais cela n'indigne

personne

Depuis l'origine des âges

Cet homme portant son enfant dit catégoriquement

Des constats que nul ne voudrait entendre

Que nul ne voudrait croire

 

     Gérard Lemaire   2004

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.