aucun pays n'a ses rues ouvertes

À quel saint se vouer

Il se défile comme les autres

 

Sur quelle pierre s'abattre

Sous la pluie des cimetières

 

Tu peux voyager de pays en pays

Aucun n'a les rues plus ouvertes

 

Quel nom donner à

Ces tours du monde sans adresse

 

À ces retours sur le même bitume

Devant une usine te parfumant d'une douce ironie

 

Devant ce glaïeul de frêle femme

Qui se terre dans la tour d'une prison

 

Enferme-toi dans une maison dans une forêt

Et sculpte n'importe quoi sur les murs

 

             Gérard Lemaire   (années 2007-2011)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.