...un verre de limonade...juillet affable...

Ce qui surnagerait de la disparition

Un verre de limonade dans les fournaises

Surprendre le haut

Baisser le ton et la radio

Dans la violence et l'air des prairies sans fin

Seulement la mécanique étrange des pas d'un

môme

Dans le square

Il bifurque sans arrêt

S'arrête devant la mare

S'avance loin sur le gazon

Et puis enfin la présence de la lumière du jour

Juillet affable

Pour les moineaux

             Gérard Lemaire    2003

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.