savoir où aller

 

Je m’avance les mains vides
Sans savoir où aller

Sans rien voir
Qu’une ombre dorée

Qui s’enfuit dans la neige
Portée par la tempête

Elle perd même ses vêtements
La voilà nue et blanche

Et puis je ne sais plus
C’est à moi de fuir l’écran

Mes mains voudraient chanter
Un hymne encore à vivre

Je le donne au pur vagabond 
A celui qui ne demande rien.

           

               Gérard Lemaire    2004

dans le n° 64 de "Écho de ch'Nord", (printemps 2004) revue de poésie faite par Yvette Vasseur

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.