mon métier, vendre des brindilles de verve sentimentale

J'ai les bras coupés

D'être ni ailleurs dans un temple incendié

De ne pas être là

Mes pleurs au-dessus du fleuve me font peur

Seule une parole de Fuzuli

Vient me résonner dans le crâne

 

Né dans le chaos pour le donner ou le rendre

C'est trop facile de rire de moi

Écartez-vous

Le poème sort d'un masque

Au-dessus du champ de bataille

Les enfants ont été gazés par milliers

Et le poèmes veut recouvrir cet

infini de tombes

Mon métier est de vendre des brindilles de verve sentimentale

Écarte-toi fantôme

Pour fabriquer des tranches de margarine une nuit sur trois

Ma descente dans les enfers tournoyants s'abandonne

 

                Gérard Lemaire     2005

 

Fuzuli, (1494-1556 ; Kerbala) poète, écrivain, artiste, un des plus grands contributeurs à la tradition du divan dans la littérature turque ; il écrivait ses poèmes en turc azéri, persan, arabe

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.