le poème, décalé, finit mal

Au fond des êtres le mystère de la vie et de la

mort

Quelle prière secrète fait que

De l'intime à l'indicible

La voix suppliante se noue à d'autres lieux

Dans la chair à vau-l'eau

Dans le froid d'une maison au loin

Dans cette misère sans talent où naît le mal

Dans le travestissement des phrases sans bout

Le mystère pluvieux dans les ondes qui ne

varient jamais

Le mystère tue les plus braves ou les plus sincères

Et qui oserait toucher une seule lettre de

l'alphabet maintenant aujourd'hui

Qui prendrait quelques syllabes sous son aile

pour marcher jusqu'au bout

Le poème prie dans les volutes

Décalé dans un linceul de cuir

Il finit mal sur le perchoir des immobiles

 

      Gérard Lemaire    2005

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.