il était une fois des revues de poésie

               Rien de nouveau sous la terre.

 

Quelles étaient ces revues que j'ai vues

Citées un jour par Armand Olivennes

 

Dans un opuscule dédié à ces éphémères

à ces ludions plus transparents que quoi que ce soit

 

Quelques noms m'avaient comme appelés à

la rescousse

mes poèmes étaient partis à leur rencontre

 

Jamais de réponse

elles avaient disparu du registre selon

toute probabilité

 

Avaient-elles même existé

Je ne les vis nulle part ailleurs citées /

ni auparavant / ni ensuite

 

L'une à la Capelle par exemple en Thiérache

un titre pas si mal / une ou deux autres parmi

des listes

 

Même encore aujourd'hui je sens un gouffre

s'ouvrir / elles me manquent

Ces pages dans leur tombe / de poésies

 

     Gérard Lemaire  2006

 

« Itinéraire revuistique (1950-2000) » Armand Olivennes, édition du Nenon Association Parterre Verbal octobre 2000 (40 F) ; la revue sise à la Capelle s'appelait « L'étang moderne » ; Éric Heilmann publiait aussi « L'art Évolution »

Armand Olivennes, 1931 (Berlin) – 2016 (La Seyne-sur-Mer), poète, psychiatre

 

<

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.