..."Georg Herwegh me regarde"...

 

Je pose la plume sur la page de buvard

Georg Herwehg me regarde fixement

Silencieusement et peut-être

Amoureusement

Sautant d'une marche à une autre

Sautant encore d'un pied à un autre

Mon nez courbé sur l'appât du drame

Chaque nuit étant une rude aventure

Au-dessus (c'est à dire en-dessous)

d'un poème pulvérisé

Les œuvres paraissent des corbeaux au-dessus

du champ

S'abattant

Permettant n'importe quoi

Les ailes dans le plomb par toute

Leur fidélité vertige de disparition

 

              Gérard Lemaire     2004

 

Georg Friedrich Rudolph Theodor Herwegh (Stuttgart, 31 mai 1817 - Baden-Baden, 7 avril 1875), était un poète, révolutionnaire et traducteur wurtembergeois. Démocrate radical, il prit part à l'insurrection badoise de Friedrich Hecker en avril 1848 ; il dut plusieurs fois s'exiler en Suisse, et en France à cause de ses écrits ; il était surnommé « l'alouette intrépide » par Heinrich Heine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.