voir la misère

si on voyait la misère, elle vous étranglerait ; elle est partout, mais on passe

Un baiser à la misère

Un baiser à la misère

 

Le dernier

Le dernier

 

Ce n'est jamais le dernier

Ce n'est jamais le dernier

 

Où se trouve-t-elle on ne la voit pas

Et elle crève les yeux

 

On pourrait devenir fou à la regarder

Si on la voyait

 

Jusqu'à ces visages de femmes intensément belles

Noyées dans les nuages au vitriol

 

Elle suinte elle suinte

Elle étrangle dans les spasmes

 

     Gérard Lemaire 2012

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.